#16 – différents niveaux de sélection en Biologie

Posted by on Nov 29, 2013 in Podcasts | 4 comments

Dans cet épisode, pour parler des différents niveau de sélection en biologie Simon et moi commençons par quelques rappels et considérations sur les problématiques liées à la sélection naturelle puis nous discutons autour d’une expérience de robotique évolutionnaire.

Mes excuses pour avoir attendu si longtemps avant d’enfin publier cet épisode j’ai quelques excuses : perte d’ordi puis départ en Ireland… Comme vous l’aurez remarqué la formule change quelque peu et l’overtime de cet épisode a été enregistré en décembre.

Pour les gagnant du tirage au sort qui ne m’ont pas encore contacté envoyez moi un email à l’adresse xilrian (à) gmail.com

Quelques liens pour terminer

– l’épisode de podcast science mentionné par simon

– le site de Florence Porcelle où vous pourrez retrouver son podcast : la folle histoire de l’univers

Vous pouvez retrouver Simon sur identy.ca et me retrouver sur facebook , twitter et google+  .

Je vous invite à nous laisser un commentaire sur iTunes il existe aussi des pages vie artificielle :

– sur Google+

– Et sur Facebook

Vous pouvez me retrouver sur twitter et vous abonner au podcast sur : notre flux RSSiTunesYouTube et SoundCloud.

  • Yarflam

    Bonjour.
    Toujours très sympathique ces podcasts ! Merci.
    J’aurai quand même des choses à dire sur la simulation des jetons. Peut être qu’il faudrait chercher une autre façon de sélectionner les individus – avec votre stratégie, c’est sur que les créatures vont développer des automatismes mais pas forcément développer de nouvelle faculté. Vous faites la distinction entre égoïste et altruiste, mais ça n’empêche en rien d’être de ni l’une ni de l’autre catégorie. Pourquoi pas tomber sur une créature qui commence à se poser la question “pourquoi ?” de manière très flou je l’accorde, mais qui du coup sera pas disposé à travaillé. Viré de la partie à la fin du rangement, vous risquez peut être de perdre un élément indispensable à la survie du groupe. La nature sélectionne les individus avec les aléas de l’environnement, pas avec des points que rapportent ces joyeux spécimens. De plus, quel serait l’intérêt pour ces créatures de rameuter des petits ou des gros cubes ? Se nourrir ? C’est un cas plus intéressent. On part du principe que le besoin entraîne la décision. Dans ce sens, pour vivre il faut travailler et donc pourquoi pas vivre en communauté pour augmenter les chances de survies etc … Le circuit est bouclé ! L’environnement jouera toujours un rôle essentiel, parce qu’elle apporte les informations manquantes à la décision. Elle contribue dans l’univers virtuel à enrichir la réflexion et à redistribuer les cartes. Dans l’idéal il faudrait permettre à ces créatures d’évaluer leurs conditions de vie, pour optimiser la décision et offrir pourquoi pas un début d’émergence. Après c’est une façon de voir, j’ai eu une approche différente et même si l’expérience me laisse sceptique pourquoi pas !
    Bonne chance pour la suite et merci.

    • xilrian

      Hello Yarflam et merci pour ton/tes messages,
      Pour répondre un peu à tes questions : c’est sans doute moins glamour du coup mais on n’est pas vraiment dans des écosystèmes virtuels ici mais plutôt dans quelque chose assez proche des algorithmes génétiques ou des virtual evolving creatures. Le but du coup est plutôt d’étudier comment se passe l’évolution dans un cadre très précis en réduisant au maximum les paramètres pour pouvoir étudier une forme précise de coopération ^_^ d’où le fait de sélectionner les survivants sur des critères limités ^^

  • Simon

    Merci pour le commentaire (que je viens juste de voir) Yarflam!
    Il très intéressant et traite de pas mal de choses différentes. Il faudrait prendre le temps de répondre point par point, d’autant qu’il y a de bonnes idées. Bon évidemment la première chose que je peux répondre c’est que oui, avoir un robots capable de se demander “pourquoi” serait un peu le but ultime. Mais arrivé à ce stade là je pense que les chercheurs en robotiques n’auront plus guère de boulot! Sinon oui, les “cubes” ça n’a pas vraiment de “sens” biologique, disons que c’est une abstraction, de la nourriture comme tu la suggérer. J’aurai pu dire : pour survivre les robots ont accès à deux types de nourriture, une qu’ils peuvent récupérer seul, qui ne permettra qu’a eux de survivre mais pas à tous les membres de la colonie, une autres qu’ils ne peuvent récupérer qu’à plusieurs, mais qui permet à toute la colonie de survivre.
    Évidemment se sont des cas très simples, des “modèles” basiques, qui permettent de juger de la faisabilité de telle ou telle hypothèse évolutionnaire.
    Tu pars du principe que le “besoin” entraîne la “décision”, nous (je) partons du principe que ce sont les contraintes environnementales qui vont définir le besoin, que ce “besoin” se traduira en pressions sélectives qui conserverons les “agents” (êtres vivants, robots) capables de prendre les bonnes décisions. Au final ce ne sont peut être que quelques différences de vocabulaire!
    Tout comme “permettre aux créature d’évaluer leurs conditions de vie” c’est une très bonne idée! mais qu’il reste à traduire (et que j’ai du mal à traduire) pour l’intégrer dans un système évolutionnaire artificiel.
    En tout cas merci pour le commentaire et n’hésite pas à réagir j’essayerais de répondre dès que j’ai le temps.

    • Yarflam

      Salut Simon !
      > Tout comme « permettre aux créature d’évaluer leurs conditions de vie » c’est une très bonne idée! mais qu’il reste à traduire (et que j’ai du mal à traduire) pour l’intégrer dans un système évolutionnaire artificiel.
      Justement je suis en plein dans ce type de recherche. Comment la créature virtuelle peut elle prendre conscience des mécanismes logiques ? Y a quelques temps j’avais posté une expérience sur le Site du zéro : il fallait avec trois boutons et trois valeurs arriver à déduire le mécanisme qui se trouvait derrière pour pouvoir arriver au résultat attendu. Et bien entendu j’ai stocké les réponses pour essayer de trouver différente stratégie. J’en ai bien sur déduit les opérations classiques des joueurs, mais je planche toujours dessus pour en déduire un algorithme intuitif. Affaire à suivre donc. Mais je suis sur d’être prêt de quelque chose d’intéressant et pourquoi pas renouveler l’expérience communautaire sur le nouveau concept que je découvrirai.